03/11/2008

Le Dalaï Lama se met en "semi retraite".

Le lauréat du prix Nobel de la Paix, 73 ans, qui vit exilé en Inde depuis 1959, est arrivé vendredi au Japon pour une visite d'une semaine consacrée à des conférences sur la spiritualité, son premier voyage depuis ses récents ennuis de santé.
Le Dalaï Lama, "déçu par Sarkozy" ne viendra pas en décembre.
Le régime chinois est en train de "condamner à mort" le Tibet, a déclaré dimanche à Tokyo le dalaï lama, chef spirituel tibétain, qui a également annoncé se mettre en "semi retraite".
Le lauréat du prix Nobel de la Paix, 73 ans, qui vit exilé en Inde depuis 1959, est arrivé vendredi au Japon pour une visite d'une semaine consacrée à des conférences sur la spiritualité, son premier voyage depuis ses récents ennuis de santé.
En octobre, le dalaï lama avait passé près d'une semaine dans un hôpital de New Delhi en raison de calculs biliaires.
"Les Tibétains sont condamnés à mort. Cette ancienne nation et son héritage culturel sont en train de mourir", a-t-il dit à un groupe de journalistes à Tokyo.
"Aujourd'hui, la situation est presque similaire à une occupation militaire de tout le territoire tibétain. C'est comme si nous étions sous la loi martiale. La peur, la terreur et les campagnes de rééducation politique causent beaucoup de souffrances", a-t-il ajouté.
Avant son départ d'Inde, le dalaï lama avait déclaré qu'il plaçait peu d'espoir dans le dialogue avec le régime chinois, à la veille d'une nouvelle série de discussions entre ses représentants et des responsables chinois à Pékin.
Après plusieurs décennies de combat politique et religieux, il a annoncé qu'il se mettait en "semi retraite" et que la future ligne politique face aux autorités chinoises serait discutée lors d'une réunion le 17 novembre à Dharamsala de tous les courants de la communauté tibétaine en exil. "Nous allons écouter les suggestions du peuple et ensuite les choses deviendront, je pense, plus claires", a-t-il dit.
"Je ne pense pas me retirer totalement, mais pour le moment, je ne peux plus assumer une responsabilité directe dans les négociations avec le pouvoir central chinois. Ma position est totalement neutre", a-t-il précisé.
"Nous croyons en la démocratie, c'est pourquoi les gens doivent exprimer leurs sentiments. Je ne dois pas les empêcher de donner leur opinion", a souligné le responsable tibétain.
Le régime chinois l'accuse de militer pour l'indépendance du Tibet, mais le dalaï lama affirme simplement revendiquer une autonomie de l'ancien royaume himalayen, au sein de la Chine. Par ailleurs, l'Elysée a indiqué dimanche que Nicolas Sarkozy recevrait les lauréats du prix Nobel de la Paix à Paris le 10 décembre dans le cadre de célébrations du 60e anniversaire de la déclaration universelle des droits de l'Homme, y compris le dalaï lama.
La présidence réagissait à un article du Journal du Dimanche affirmant que le dalaï lama ne viendrait pas en France à cette occasion. Le dalaï lama avait lui-même indiqué en août qu'il devrait être à cette date en Pologne, ce qu'a confirmé dimanche son bureau parisien. (AFP)

carnet dessin 08-11-03

08:44 Écrit par A.Cide dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : chine, sarkozy, dalai, lama |  Facebook |

31/10/2008

Attention, frissons garantis cette nuit.

Revoici le temps d'Halloween. Les grands magasins et les quelques magasins de farces et attrapes survivant dans notre pays vont garnir leurs rayons de "panoplies" de sorcières et autres monstres. La nuit du 31 octobre, veille de la Toussaint, les citrouilles brilleront dans l'obscurité tandis que de petits monstres grimés feront leur apparition.
Cette fête est d'abord européenne, plus précisément celtique. Plus de 500 ans avant Jésus-Christ, les Celtes croyaient que Samhain, le Seigneur de la Mort, s'occupait de nos morts le jour de la fin de l'année celtique. Celle-ci s'achevait à la fin de la belle saison, lorsque les moissons étaient terminées, le bétail rentré, le dieu soleil remercié pour ses grâces et ses bienfaits.
Cette journée devait être consacrée aux disparus, lesquels venaient spécialement de l'au-delà pour rencontrer les lieux et êtres chéris de leur vivant. Les célébrations allaient durer une quinzaine de jours à partir de cette longue nuit de Samhain. Tous les foyers du village étaient éteints. La population se rassemblait en cercle et les druides étouffaient le feu sacré de l'autel. Les prêtres frottaient alors des branches sèches du chêne sacré pour allumer le feu de l'année nouvelle, honorer ainsi le dieu du soleil et effrayer les esprits diaboliques. Chaque chef de famille emportait chez lui des braises de ce feu sacré pour protéger la famille une année durant.
Pendant la durée de la fête, nos ancêtres celtes revêtaient des costumes horribles et se grimaient pour faire fuir les mauvais esprits.

D'All Hallow Eve à Halloween
La persistance d'une telle fête païenne ne pouvait plaire au clergé chrétien. Le page Grégoire IV institua donc vers 840 une fête pour tous les Saints le 1er novembre. En 1048, Odilon de Cluny créa un "Jour des Morts" fêté le lendemain. Halloween ou plutôt "All Hallow Eve" signifie d'ailleurs "la veille au soir de la fête de tous les Saints".
Si les Chrétiens ont réussi à "assimiler" cette fête païenne comme d'autres, la pratique de l'Halloween a cependant persisté chez les descendants des Celtes en Irlande, en Ecosse, au pays de Galles et dans certaines régions d'Angleterre. C'est cette tradition qui a traversé l'Atlantique avec les colons irlandais qui ont quitté leur pays.
La fête païenne a évolué outre-Atlantique pour se transformer en fête enfantine. Le héros de cette fête est Jack O'Lantern. Selon la légende irlandaise, Jack ne pouvait entrer au paradis en raison de son avarice ou en enfer pour s'être moqué du diable. Il est donc condamné à se promener avec sa lanterne autour du monde jusqu'au jour du jugement dernier. Cette lanterne, c'était une énorme pomme de terre, un rutabaga ou un navet dans lequel on avait mis une chandelle. C'est aujourd'hui une bougie.
Importante fête américaine depuis la fin du XIXe siècle, Halloween a évolué en s'adjoignant par exemple la coutume du "Trick-or-treat". Celle-ci n'est apparue que dans les années 30. Les enfants déguisés en monstres menacent les adultes de leur jouer des tours, exigent des friandises et placent leur butin dans une taie d'oreiller. Donner des friandises à ces créatures exprime la croyance selon laquelle la nourriture laissée aux portes des villages apaiserait les esprits. Bien envue, la citrouille illuminée par une bougie signifie que l'occupant de la maison accepte de se faire détrousser par les jeunes créatures de la nuit.
(d'après http://fr.vivat.be/quotidien/evenement/article.asp?pageid=611)

 

carnet dessin 08-10-31

10:12 Écrit par A.Cide dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : fete, origine, haloween |  Facebook |

30/10/2008

La planète surexploitée.

L'empreinte écologique a augmenté de 5 % depuis 2006. Le WWF dresse un sombre tableau. Mais il n'y a pas de fatalité.
Le calcul de l'empreinte. L'empreinte écologique est calculée en « hectares globaux » par personne. Elle représente la surface nécessaire fictive pour satisfaire la demande en ressources planétaires et le recyclage par la biosphère de l'ensemble des biens et services, vitaux ou superflus. L'empreinte est calculée au départ de la consommation d'un pays. La partie énergétique et les émissions de gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique représentent plus de 50 % de cette empreinte au plan mondial.
Le Belge consomme 2,5 planètes. L'empreinte jugée soutenable pour la planète s'élève à 2,1 hectares. Celle du Belge s'élevait en 2005 à 5,2 hectares. Soit, la consommation équivalente de deux planètes et demi si chaque humain vivait comme en Belgique.
Réduisez votre empreinte. En janvier 2006, Le Soir lançait avec le WWF et Ecolife un calculateur d'empreinte écologique. À ce jour, vous êtes 250.000 à l'avoir utilisé et à avoir pris des engagements pour réduire votre empreinte d'un quart en moyenne au travers de gestes quotidiens.
http://blogs.lesoir.be/empreinte-eco ; www.footprintnetwork.org ; www.wwf.be
Au rythme actuel de la consommation des ressources naturelles, deux planètes seront nécessaires à l'humanité en 2030. C'est là un des constats clefs du dernier rapport Planète vivante du WWF international. Publiée tous les deux ans, cette étude, dont la dernière est diffusée ce mercredi par l'organisation non gouvernementale écologiste, mesure l'évolution de la pression humaine sur les écosystèmes et l'état de santé de ces derniers. Comme on pouvait s'y attendre, les nouvelles ne sont pas des plus réjouissantes. La livraison 2008 de ce document fourmillant de chiffres fait scintiller une donnée majeure : en 2005, l'empreinte écologique mondiale s'élevait à 2,7 hectares par personne. Soit, près de 30 % au-dessus de la capacité terrestre (2,1 hectares) susceptible de répondre à la demande croissante en énergie, en bois, en minerais, en biomasse, en pâturages…
Entre l'empreinte, gigantesque, des Emirats arabes et celle, famélique, du Malawi, la palette colorée des pressions exercées sur les ressources s'exprime pour la moitié des 150 pays recensés par le WFF au-dessus de la ligne verte correspondant à la « consommation d'une planète ». C'est manifeste : tous les pays ne sont pas logés à la même enseigne verte. « En 2005, ce sont les Etats-Unis et la Chine qui ont les plus grandes empreintes écologiques globales, utilisant chacun 21 % de la biocapacité de la planète, note le rapport. La Chine a une empreinte par personne beaucoup plus petite que les Etats-Unis, mais une population plus de quatre fois plus grande. » Puis vient l'Inde, mobilisant 7 % de la biocapacité mondiale…
Comme le détaille l'infographie, les rejets de CO2, responsables du réchauffement climatique, constituent la part principale de l'empreinte des pays industrialisés. « Les pays d'Europe occidentale, à forte empreinte écologique individuelle et à population dense, sont tous des débiteurs, poursuit le rapport. Ce qui les place dans une situation insoutenable de dépendance et d'exploitation vis-à-vis des ressources du monde… »
En Belgique (5,2 hectares), le WWF constate « une inquiétante remontée, régulière, de l'empreinte écologique depuis le début des années nonante ».
A contrario, la France (4,9 hectares) présente un profil intermédiaire montrant une empreinte assez stable depuis les années septante, sans tendance nette – ni à la réduction, ni à la croissance. En Allemagne, enfin, on observe une diminution régulière de cette empreinte depuis 1980 (de 6 à 4,2 hectares). « Outre certains effets de la réunification ayant accéléré une amélioration de l'efficience des technologies et l'abandon du charbon, ce découplage de l'empreinte et de la croissance du produit intérieur brut (PIB) peut-être dû à la mise en œuvre de mesures environnementales sensiblement plus précoces, remarque le rapport Planète vivante. Ces informations semblent montrer que des dynamiques différentes existent et qu'il n'y a pas de fatalité… » Découpler le PIB de la consommation des ressources n'est donc pas le fruit du hasard, mais d'un choix de société, postule James Leape, directeur du WWF international. « La récession financière n'est rien en comparaison de la menace d'un resserrement du crédit écologique. La bonne nouvelle est que nous avons les moyens d'inverser cette tendance ; il n'est pas trop tard pour prévenir une récession écologique irréversible. »
Face à un défi qui pourrait apparaître écrasant, les experts pointent des « leviers de durabilité » pour réduire l'écart entre la demande de l'homme sur la nature et l'offre de celle-ci. Innovations technologiques, réduction de la consommation des énergies fossiles, énergies renouvelables, stockage de carbone, isolation des bâtiments, déplacements doux, réhabilitation des écosystèmes dégradés, interdiction des substances chimiques persistantes… Les remèdes sont connus et passent par des décisions politiques fortes pour limiter la pauvreté, réduire la pression démographique, freiner le réchauffement et la pression sur les écosystèmes. « Les scientifiques ne peuvent prévoir avec précision le point de basculement autour duquel le déclin pourrait s'accélérer ou entraîner des dysfonctionnements en cascade, conclut le rapport. Mais la plupart s'accordent pour dire que mettre fin, le plus rapidement possible, à la dette écologique accumulée réduira ce risque et permettra aux écosystèmes dégradés de commencer à récupérer… »
Un graphique illustre ces changements possibles. Il trace l'équilibre entre la biocapacité planétaire et la consommation des ressources en 2040. Une planète viable pour l'humanité ? Chiche ! (AUDREY BINET ET BELGACHRISTOPHE SCHOUNE  /www.lesoir.be)
carnet dessin 08-10-30

09:09 Écrit par A.Cide dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : terre, planete, wwf, empreinte |  Facebook |

28/10/2008

54% des femmes trompent virtuellement leur conjoint.

Belgique- Ces chiffres sont issus d'une enquête sur l'infidélité virtuelle réalisée auprès de 1.903 femmes par Flair.
54 pc des femmes belges ont déjà flirté virtuellement alors qu'elles étaient en couple, et 10 pc d'entre elles ont déjà franchi le pas et trompé leur conjoint avec une personne rencontrée virtuellement.
Les femmes estiment pourtant à une large majorité (64 pc) que l'infidélité virtuelle est aussi grave que l'infidélité physique. Pourtant, 54 pc d'entre elles ont succombé, révèle l'enquête. Cette drague virtuelle leur rend confiance en elles (40 pc) et les excite (29 pc). Peut-être trouvent-elles là un moyen de vengeance moins dangereux que le flirt réel.
Car les femmes surveillent leur conjoint de manière régulière. Ainsi, une sur deux avoue consulter en cachette le GSM de son partenaire et une sur quatre consulte ses mails et l'historique des sites web consultés.
Il est plus facile de tromper son conjoint virtuellement, estiment 90 pc des femmes, qui soulignent qu'Internet est une vaste plate-forme de rencontres. Une femme sur deux aime aussi se faire passer pour quelqu'un d'autre. Virtuellement, les femmes sont plus audacieuses (une sur deux) et plus libertines (11,5 pc).
10,5 pc d'entre elles se font passer pour plus jolies qu'elles ne le sont vraiment.
Jalouses, les femmes sont également secrètes. Ainsi, 50 pc n'informent pas leur partenaire des propositions coquines qu'elles reçoivent par chat, mail ou sms. Il est vrai que 39 pc d'entre elles répondent positivement aux avances de l'homme virtuel et que 10 pc passent à la rencontre physique.
(La Dernière Heure)

carnet dessin 08-10-28

09:33 Écrit par A.Cide dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : femme, internet, virtuel, infidelite |  Facebook |

27/10/2008

L'homme était capable de faire du feu il y a 790.000 ans.

Les humains étaient capables d'allumer un feu il y a près de 790.000 ans, une aptitude qui a favorisé les flux migratoires d'Afrique vers l'Europe, révèle une étude israélienne.
Des chercheurs de l'université hébraïque de Jérusalem ont conclu, après analyse de silex retrouvés sur les rives du Jourdain, que les civilisations primitives n'avaient pas seulement appris à maîtriser un feu naturel, comme l'affirmait une précédente étude publiée en 2004, mais aussi à faire du feu.
La nouvelle étude, publiée dans la revue Quaternary Science Reviews, se fonde sur les résultats des recherches effectuées sur un site archéologique de Gesher Benot Yaaqov, dans le nord d'Israël, que 12 civilisations ont occupé successivement.
"Les nouvelles données montrent qu'il existait un usage continu, maîtrisé du feu dans de nombreuses civilisations et qu'elles n'étaient pas dépendantes des feux naturels", a expliqué dimanche l'archéologue Nira Alperson-Afil.
Alperson-Afil a souligné que la découverte de silex brûlés datant d'époques différentes sur le site prouvait la capacité d'allumer un feu, même si la méthode employée demeure inconnue.
La situation du site dans la vallée du Jourdain, voie de passage importante entre l'Afrique et l'Europe, constitue une preuve des migrations humaines et du rôle joué par la maîtrise du feu dans les mouvements de population, ajoute-t-elle. (Ari Rabinovitch, version française Grégory Blachier/ Reuters)

carnet dessin 08-10-27

09:01 Écrit par A.Cide dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : feu, femme, homme |  Facebook |

24/10/2008

Notre jugement sur les autres influencé par la température d'un café ?

Notre jugement sur la personnalité d'une autre personne peut être influencé par de simples choses comme la chaleur d'une boisson dans une tasse que nous tenons à la main, selon des études parues jeudi aux Etats-Unis.
Ces expériences menées par des psychologues de l'Université de Yale révèlent ainsi que les individus perçoivent les autres comme plus généreux et attentifs s'ils viennent de tenir une tasse de café chaud plutôt qu'une boisson glacée.
Une seconde étude montre que les sujets sont plus enclins à donner aux autres s'ils viennent de tenir quelque chose de chaud entre leurs mains que de froid.
Ces recherches succèdent à des travaux des mêmes chercheurs qui avaient révélé que la distance physique entre les individus influence leurs jugements sur les autres.
Ces études montrent que trouver quelqu'un "chaleureux" ou dire que l'on "se sent loin" d'un ami ou d'un parent ne sont pas de simples métaphores. Cela décrit littéralement des sentiments, comme la confiance éprouvée pour la première fois dans le rapport intime entre la mère et l'enfant, explique John Bargh, professeur de psychologie à l'Université de Yale, co-auteur de ces recherches parues dans la revue Science datée du 24 octobre.
"Quand une personne demande si quelqu'un est chaleureux ou froid, tous deux ont la même température corporelle de 37 degrés", poursuit-il.
Mais "ces impressions puisent implicitement dans leur expérience primale de ce que signifie être chaleureux et froid", explique-t-il.
Les psychologues soulignent depuis longtemps l'importance pour l'enfant du contact physique chaleureux avec la mère et le père pour qu'il puisse développer des relations saines avec les autres quand il sera adulte.
"Il semble que les effets de la température physique n'influence pas seulement la manière dont nous percevons les autres, mais affecte aussi notre comportement... en nous rendant plus chaleureux et en nous conduisant à faire plus confiance" aux autres, relève John Bargh.
Les chercheurs ont aussi testé leur hypothèse sur des étudiants à qui ils ont demandé de tenir une tasse de café chaud et une tasse de café glacé.
Ils leur ont ensuite donné des informations sur une personne et demandé de caractériser les traits de sa personnalité.
Les participants qui avaient tenu une tasse de café chaud ont tous jugé cette personne "nettement plus chaleureuse" que ceux qui avaient tenu un verre de café glacé.
Pour les autres traits de la personnalité, les chercheurs n'ont pas relevé de différence dans les réponses.
Pour la seconde étude destinée à montrer le lien entre chaleur physique et générosité, les participants devaient tenir une compresse chaude ou glacée.
Leur était ensuite donné le choix entre recevoir un bon-cadeau pour un ami ou un cadeau pour eux-même. Le groupe de ceux qui avaient tenu la compresse chaude ont été nettement plus nombreux à choisir le bon-cadeau pour un ami alors que les autres ont préféré le cadeau pour eux-mêmes.
L'imagerie du cerveau montre également que le contact de la chaleur ou du froid déclenche une forte activité dans la partie du cerveau appelée insula, notent ces psychologues. Et cette même zone du cerveau paraît être le siège d'un trouble de la personnalité caractérisé par l'incapacité à coopérer et à déterminer à qui faire confiance, ajoutent-ils. (AFP)carnet dessin 08-10-24

08:17 Écrit par A.Cide dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chaleur, etude, jugement |  Facebook |

23/10/2008

Otis va retirer les boutons de plus de 500 ascenseurs pour cause de radioactivité.

L'ascensoriste Otis va retirer tous les boutons radioactifs livrés par l'entreprise iséroise Mafelec, dans plus de 500 ascenseurs, même s'il n'y a "aucun danger pour les utilisateurs", a annoncé mercredi à l'AFP un responsable de la filiale française du groupe américain.
Mafelec est un des fournisseurs de l'ascensoriste, qui a reçu "des milliers de boutons" de ce fabriquant, dont environ 20% se sont révélés radioactifs après des tests faits par Otis avec l'Autorité de sûreté nationale (ASN), a ajouté ce responsable, qui a requis l'anonymat.
"Cette opération va concerner de 500 à 600 ascenseurs sur les 2.500 que Otis a installés, modernisés ou réparés entre le 21 août et le 9 octobre même s'il n'y a aucun danger pour les utilisateurs", a-t-il expliqué.
Elle "devrait débuter la semaine prochaine et prendre environ un mois", a-t-il encore indiqué.
Selon le responsable d'Otis France, la dose émise par les boutons qui vont être retirés des ascenseurs s'élève à 0,02 milli-Sieverts/heure alors que la dose normale moyenne reçue par la population française en un an, liée aux actes médicaux, au rayonnement cosmique, à l'alimentation et au radon (gaz radioactif), s'élève à 3,3.
L'ASN avait exigé mardi d'Otis, "principal client de Mafelec", "l'arrêt total et immédiat de l'utilisation des pièces identifiées comme contaminées". Elle lui avait aussi "demandé de mettre en oeuvre une campagne de recensement des boutons contaminés qui auraient pu être installés au cours des dernières semaines".
"Des pièces contaminées" en provenance de Mafelec ont en effet "été découvertes" sur les sites d'Otis, notamment à Roissy, Argenteuil, Goussainville (Val-d'Oise) et Gien (Loiret), et "des opérations de tri et d'isolement" sont en cours "sur l'ensemble des sites et dans tout le réseau de distribution et de maintenance" d'Otis France, avait précisé l'ASN dans son communiqué.
Le responsable d'Otis a confirmé mercredi (BIEN mercredi) que les boutons incriminés avaient été isolés sur les sites de Gien, Argenteuil et Roissy et qu'il seraient détruits prochainement sous l'autorité de l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra)
Les personnels de ces trois sites ont été conviés à rester chez eux une journée, le 10 octobre, quand Otis a été prévenu de la découverte de traces radioactives dans les boutons d'ascenseurs de Mafelec, toujours selon ce responsable.
Le 7 octobre, de faibles traces de Cobalt 60 avait été détectées dans des colis de boutons d'ascenseurs que Mafelec expédiait à l'étranger, au moment de leur passage en douane.
Une inspection de l'ASN à l'aéroport de Roissy, le 10 octobre, avait permis de déterminer que la contamination était le fait de pièces métalliques provenant d'un fournisseur indien de Mafelec, lequel fournit également une société belge.
L'Autorité a finalement revu à la hausse mardi la gravité de l'incident, reclassé au niveau 2 sur l'échelle INES (International Nuclear Event Scale, contre 1 précédemment, ndlr), en raison de l'exposition de plus de dix ouvriers de Mafelec à des doses dépassant la limite réglementaire.
L'ASN a également pris contact avec les autorités nucléaires des pays concernés "afin d'échanger des informations sur ce sujet". En Inde, les sociétés Bunts, Laxmi, SKM Steels, Vipras Casting LTD et Pradeep Metals LTD auraient envoyés des produits contaminés dans plusieurs pays, selon l'Autorité.(d'après AFP)carnet dessin 08-10-23

07:45 Écrit par A.Cide dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : radioactivite, otis |  Facebook |