21/02/2008

Les spéculateurs emmènent le brut à 101,32 dollars le baril, un nouveau record.

carnet dessin 08-02-21

 

Les cours du pétrole ont encore inscrit un nouveau record à New York à 101,32 dollars le baril, poussés par une ruée générale des spéculateurs sur les matières premières.Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en mars, dont c'était le dernier jour de cotation pour ce contrat, a fini à 100,74 dollars, en hausse de 73 cents par rapport à mardi.
A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril a clôturé à 98,46 dollars, en baisse de 14 cents. Il est monté en séance pour la première fois au-dessus des 99 dollars à 99,22 dollars.
Semblant balayer d'un revers de manche l'état de santé de l'économie des Etats-Unis et les implications d'un ralentissement économique mondial sur la consommation d'hydrocarbures, le marché a foncé tête baissée depuis deux semaines vers le cap des 100 dollars le baril: les cours ont gagné en neuf séances plus de treize dollars à New York et onze dollars à Londres.
Au terme de cette escalade, le baril a inscrit deux records historiques de suite à New York: 100,10 dollars mardi, 101,32 dollars mercredi. Mercredi, le baril a clôturé pour la deuxième fois consécutive au-dessus des 100 dollars.
La hausse des prix "montre une fois de plus combien les prix du pétrole sont vulnérables aux problèmes d'offre ou aux tensions géopolitiques", ont souligné les analystes de la maison de courtage Sucden.
En effet, le déclencheur a été le président vénézuélien Hugo Chavez, qui a engagé un bras de fer avec le géant pétrolier Exxon et menacé de ne plus fournir "une goutte de pétrole" aux Etats-Unis.
Se sont ajoutées les spéculations sur l'issue de la prochaine réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) - qui pourrait réduire le 5 mars sa production pour parer à une baisse de la demande -, les sabotages à répétition sur les installations pétrolières au Nigeria, premier producteur de brut africain, et cerise sur le gâteau, une explosion mardi dans une raffinerie au Texas (Etats-Unis) traitant 70.000 barils de brut par jour.
Des analystes ont cependant mis en doute l'impact réel des menaces en provenance du Venezuela: son pétrole ne représente que 10% des importations américaines, tandis que le ministre de l'Energie, Rafael Ramirez, a semblé faire un pas en proposant à Exxon un arbitrage de la Banque mondiale.
Quant à une baisse de la production par l'Opep, elle ne peut être écartée mais serait politiquement difficile avec un baril à 100 dollars.
De fait, les vraies raison de la ruée vers l'or noir semblent se trouver du côté des spéculateurs. Par ce gros temps sur les marchés d'actions, les fonds se sont tournés vers les matières premières, considérés comme des havres relativement sûrs. L'or tutoie ainsi son récent record historique de 936,92 dollars, les cours du blé évoluent près de sommets inédits et ceux du platine explosent.
"Le pétrole a rejoint les métaux et les matières premières agricoles dans une course des prix due d'abord à la spéculation" et non aux fondamentaux, ont ainsi estimé mercredi les analystes de la banque Goldman Sachs dans une note.
Car la balance entre l'offre et la demande paraît moins critique que début janvier, quand le baril avait touché 100 dollars pour la première fois. Ainsi, les réserves pétrolières américaines se sont reconstituées, tandis qu'à la fois l'Agence internationale de l'énergie et l'Opep ont révisé à la baisse leurs prévisions de demande, anticipant un ralentissement économique américain.
Les chiffres des réserves pétrolières américaines seront publiés jeudi par le département américain de l'Energie (DoE), et non mercredi en raison d'un jour férié. Les analystes anticipent pour la sixième semaine d'affilée une hausse des réserves de brut (de 2,4 millions de barils) et des réserves d'essence (de 500.000 barils). Les stocks de distillats auraient quant à eux décliné de 2 millions de barils. (d'après AFP)

07:00 Écrit par A.Cide dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : petrole, record, speculation |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.