26/02/2008

Yann Arthus-Bertrand toujours retenu par la justice argentine.

carnet dessin 08-02-26

Retenu en Argentine depuis près d'une semaine par la justice locale, Yann Arthus-Bertrand dénonce une "machination". Le photographe français et son équipe d'une quinzaine de personnes ont été arrêtés mercredi, accusés d'escroquerie, et libérés sous caution vendredi. Yann Arthus-Bertrand devait être interrogé par un juge argentin, lundi 25 février.
Les ennuis ont commencé pour le photographe après qu'une plainte a été déposée par l'agence de voyages ayant organisé son séjour en Argentine. L'agence affirme n'avoir reçu qu'une toute petite partie du paiement convenu. Depuis, deux nouvelles plaintes ont été déposées pour escroquerie, a indiqué M. Arthus-Bertrand, qui estime que ces accusations ne sont pas sans rapport avec le reportage qu'il effectuait sur le barrage de Yaricita, dans le nord de l'Argentine, dont la construction a nécessité l'expulsion de milliers de personnes.
"LES AUTORITÉS VEULENT FAIRE PRESSION SUR NOUS"
Ces nouvelles plaintes sont "incompréhensibles venant de gens avec qui nous avons eu les meilleurs rapports, c'est à tomber par terre", déclare le photographe dans un communiqué. Un garde forestier d'un parc naturel où l'équipe avait travaillé et un chef de l'ethnie guaranie, très présente dans cette partie de l'Argentine, sont à l'origine de ces deux plaintes. Ils affirment avoir reçu l'assurance d'un paiement pour leur collaboration au travail de l'équipe de tournage qui n'a, selon eux, jamais été honoré. "Pour les ONG locales qui se battent aux côtés des expulsés du barrage, il n'y a aucun doute, les autorités veulent faire pression sur nous en stoppant le tournage et nous interdire de parler de ce scandale du barrage", affirme le photographe.
"Comment expliquer qu'une équipe entière est arrêtée pour escroquerie alors que, par exemple, le preneur de son ne peut pas être tenu pour responsable de l'organisation du voyage ?", s'interroge Yann Arthus-Bertrand, célèbre dans le monde pour ses images de la Terre vue du ciel.
Une caution de 11 000 pesos (2 350 euros) a été versée, leur permettant d'éviter la prison et de rester à leur hôtel, dans la localité de Puerto Iguazu. (d'après Le Monde)

08:54 Écrit par A.Cide dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : yann, arthus, bertrand |  Facebook |

Commentaires

un aperçu des machinations de l'enfer vu du ciel
qui trébuche sur de la menue monnaie humaine !
on en rirait si ce n'était pas aussi sinistrement malsein. Pauvre Terre ...
d'un autre côté, à force de regarder du ciel, on prend parfois trop de hauteur...
le Yan en retombant sur le sol dur,transmettra -t-il un peu plus le poids de la réalité dans ses photos qui à mon goût sont parfois trop belles faisant rêver plutôt que réfléchir ...

Nota : merci pour l'info qui, sans ton oeil de links, serait passée sans bruit bien au dessus de moi !

Écrit par : Mijo | 26/02/2008

Mouai ça sent pas bon tout ça.

Cela dit ça pourrait un beau livre de photo, si les prisons ont une belle vue bien sûr (ce qui m'étonnerait).

Écrit par : Docteur Peuplu | 27/02/2008

Les commentaires sont fermés.