21/03/2008

Rrrrrrrrrr. La journée du sommeil, c'est aujourd'hui.

carnet dessin 08-03-21

À l'occasion de la Journée du sommeil ce vendredi 21 mars, le Conseil du sommeil rappelle les principaux conseils pour bien dormir.
D'après le Conseil du Sommeil, la qualité du sommeil peut, la plupart du temps, être influencée de manière très positive.
«Il faut préparer son sommeil : manger léger et ne pas trop boire avant d'aller dormir. Il faut particulièrement éviter les produits excitants tels que le café et le chocolat. Il est également important de se détendre avant de dormir. Par exemple, prendre un bain chaud peut faire des miracles», explique le président du Conseil du Sommeil, Johan Oyen.
La chambre à coucher doit quant à elle être aérée une trentaine de minutes par jour. Il convient par ailleurs d'y maintenir une température fraîche.
«Il est important de choisir un bon lit, c'est-à-dire un matelas et un sommier qui procurent le soutien nécessaire au corps. Il faut pour cela tenir compte de la taille de la personne, de son poids et de son âge, de sa position de sommeil et de ses allergies éventuelles», indique Johan Oyen.
Sachez que selon une étude japonaise récente, les hommes dormant moins de cinq heures par jour ont plus de chances de devenir obèses et d'avoir un taux de sucre dans le sang pouvant conduire au diabète.
Le manque de sommeil stimule une hormone qui ouvre l'appétit, a expliqué Yoshitaka Kaneita, professeur associé au département de médecine de l'Université du Japon. Dormir peu «augmente l'appétit et l'envie de nourriture à forte concentration calorique». Son étude a suivi 21 693 hommes entre 1999 et 2006. Ceux qui n'étaient pas gros en 1999 et ont dormi moins de 5 h par nuit en moyenne ont eu 1,36 fois plus de chances de devenir obèses que les hommes dormant normalement, après les sept années couvertes par l'étude.
Les petits dormeurs avaient en outre 1,27 fois plus de chances de développer un fort taux de sucre dans le sang, un problème qui peu mener au diabète. Aucune donnée comparable n'était disponible pour les femmes. ( www.conseildusommeil.be <http://www.votrejournal.be/article/vusurinternet/les_secrets_du_dodo/118028.aspx> )

12:47 Écrit par A.Cide dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : sommeil, vacances |  Facebook |

20/03/2008

Ben Laden menace l'Europe dans un nouveau message.

carnet dessin 08-03-20

 

Oussama ben Laden a averti mercredi l'Europe qu'elle devrait "rendre des comptes" pour les caricatures du prophète Mahomet publiées dans des quotidiens danois, selon un message attribué au chef du réseau Al-Qaïda.
 Dans un message enregistré adressé aux "êtres d'intelligence" de l'Union européenne, Ben Laden a affirmé que la publication des caricatures était une insulte et un crime pire que lorsque les forces occidentales visent des villages musulmans et tuent des femmes et des enfants. "S'il n'y a pas de contrôle de votre liberté de parole, alors soyez prêts dans vos coeurs à la liberté de nos actes", a encore averti Ben Laden. (D'après BVH / RTLinfo)

08:22 Écrit par A.Cide dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ben lade, terrorisme, caricatures |  Facebook |

19/03/2008

Partout dans le monde, les Iraniens fêtent le nouvel an Perse.

carnet dessin 08-03-19

 

Dans certains pays comme l'Iran, l'Afghanistan, le Kurdhikistan, chez les kurdes ou chez les parsis d'Inde, on fête le nouvel an au moment de l'arrivée du printemps, Norouz, et la fête dure deux semaines.
La veille du dernier mercredi de l'année, Chāhār Shanbe Sûri, on fabrique des feux de joies et durant la nuit, on saute par dessus les flammes en criant : "donne moi ton rouge vibrant et enlève moi ma paleur maladive".
 Cette nuit là, on peut aussi casser des pots de terre pour chasser la mauvaise fortune. Deviner son avenir en espionnant les conversations dans la rue. Faire un noeud à son mouchoir et le faire dénouer par la première personne qu'on rencontre pour se débarasser de la malchance . Et le mercredi, les enfants vont frapper aux portes des maisons et récoltent des bonbons et des gâteaux.
Le personnage traditionnel du nouvel an, c'est haji firuz. Maquillé en noir, habillé en rouge, il se promène en chantant et dansant dans les rues. Il s'accompagne au tambourin et sonne de la trompette. Il envoie des bons voeux à ceux qu'il rencontre et leur annonce l'arrivée de la nouvelle année.
On prépare les fêtes en nettoyant la maison de fond en comble et en achetant de nouveaux vêtements et on commence les 13 jours de fête en allant visiter les grand-parents, puis les autres membres de la famille et enfin les amis. Le treizième jour, on va pique-niquer.
Pour le repas du nouvel an, on arrange sur une nappe spéciale sept plats commençant par la lettre s en persan :
Sazbeh : du blé ou des lentilles qu'on a fait germer en prévision de ce jour là qui représente la renaissance
Samanu : un gâteau qui représente la richesse
Senjeed : des graines de lotus qui représentent l'amour
Seer : de l'ail qui représente les médicaments
Seeb : la pomme qui représente la beauté et la santé
Somaq : des baies de sumac qui représentent la couleur du soleil qui se lève
Serkeh : du vinaigre qui représente l'âge et la patience
Sombol : de la jacinthe qui annonce l'arrivée du printemps
Sekkeh : des pièces qui représente la prospérité et la fortune
Et puis, des patisseries, des bougies pour la joie, un miroir qui représente le reflet des choses le premier jour de la création du monde, des oeufs peints qui représentent la fertilité, un bocal avec un poisson rouge qui représente la vie et la fin du signe du poisson, une orange dans un bol d'eau qui représente la terre flottant dans l'espace, de l'eau de rose.
 Les deux plats traditionnels du repas du nouvel an sont du riz aux herbes avec du poisson et des nouilles au riz, plat qui est censé aider à réussir dans la vie.
Les deux semaines de fête se terminent par Seezdeh Bedar, se débarasser du treizième. Ce jour là, on se débarasse de la malchance en allant pique-niquer dehors et en jetant à l'eau les graines germées, sazbeh, qui sont censées avoir récolté toute la malchance et toutes les maladies.
(d'après Wikipedia)

09:20 Écrit par A.Cide dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : iran, nouvel an, printemps |  Facebook |

17/03/2008

Tibet: Le dalaï-lama dénonce la "terreur".

carnet dessin 08-03-17

Les manifestations de Tibétains en Chine se sont propagées dimanche, avec au moins sept personnes tuées au Sichuan (sud-ouest), tandis que le dalaï -lama dénonçait "le régime de la terreur" qui a fait 80 morts à Lhassa, selon le gouvernement tibétain en exil.
Des manifestations contre la répression au Tibet ont eu lieu à Bruxelles et à La Haye, où des manifestants ont tenté de prendre d'assaut l'ambassade de Chine, tandis que le débat sur un boycott des JO prenait de l'ampleur en Europe.
Lhassa, la capitale du Tibet, qui s'était embrasée vendredi, était toujours bouclée et quadrillée par d'impressionnantes forces de l'ordre, selon des témoins.
Dans la province voisine du Sichuan, au moins sept personnes ont été tuées par balles lors d'une manifestation partie du monastère de Kirti et réprimée par la police, à Ngawa, un district tibétain, selon la Campagne Internationale pour le Tibet.
Selon un autre groupe pro-tibétain, le Centre tibétain pour les droits de l'homme et la démocratie, treize personnes ont été tuées à Ngawa, dont des moines.
La situation semblait encore tendue dans la province du Gansu (nord-ouest) où de nouvelles manifestations avaient éclaté samedi autour du monastère de Labrang.
Depuis son lieu d'exil, Dharamsala (Inde), le dalaï lama, chef spirituel des bouddhistes tibétains, a dénoncé l'attitude au Tibet des autorités chinoises.

"Elles s'appuient uniquement sur la force de façon à obtenir un simulacre de paix, une paix amenée par la force au moyen d'un régime de la terreur", a-t-il dit lors d'une conférence de presse au ton particulièrement énergique.
"S'il vous plaît (...) qu'un organisme international tente d'abord d'enquêter sur la situation au Tibet", a plaidé le prix Nobel de la paix 1989.
Les circonstances exactes des émeutes survenues vendredi à Lhassa sont inconnues.
Amnesty International avait appelé samedi les autorités chinoises à autoriser une enquête indépendante des Nations unies.
Les Etats-Unis et l'Union Européenne avaient fait part de leur inquiétude vendredi et appelé la Chine à la "retenue" dans cette crise qui a commencé le 10 mars.
A cinq mois des jeux Olympiques de Pékin, ces événements, qui sont les plus violents au Tibet depuis 1989, ont suscité des appels au boycottage.
Le Comité olympique allemand (DOSB) a aussi indiqué que certains sportifs célèbres songeaient à annuler leur participation, en les appelant à faire acte de présence en "signe de paix".

Le bilan officiel des victimes est de dix morts, huit fois moins que celui annoncé par les Tibétains en exil.
Un millier de ceux-ci ont manifesté dimanche à Dharamsala contre le "génocide au Tibet", piétinant des centaines de drapeaux chinois.
Pour sa part, le maire de Lhassa, Doje Cezhug, a affirmé que "la situation au Tibet dans l'ensemble est bonne maintenant".
Selon les témoignages et les images recueillis par l'AFP, d'importants contingents militaires étaient déployés dans la ville, faisant du porte à porte.
Les autorités ont juré de "réagir fermement" aux violences, que Pékin attribue à des séparatistes à la solde du dalaï lama.
Selon le Quotidien du Tibet, lors d'une réunion de crise samedi, les responsables régionaux ont "souligné qu'il fallait livrer une guerre populaire, contre la division et pour protéger la stabilité".
De Lhassa, fermée aux touristes étrangers, les témoignages recueillis par téléphone décrivaient une situation tendue mais avec une ébauche de retour à la normale.
"L'est de Lhassa est bloqué par la police armée. (...) Mais dans l'ouest, la situation est meilleure. Nous sommes ouverts, même si nous avons moitié moins de clients que d'habitude", a dit un patron de restaurant sous couvert de l'anonymat.
D'autres habitants affirmaient néanmoins ne pas avoir repris le cours habituel de leur existence.
"La direction ne nous permet pas de sortir. Nous sommes dans l'hôtel depuis vendredi. Dehors, il y a la police armée partout", a indiqué une réceptionniste d'hôtel.
Si la tension semblait avoir baissé la veille, des touristes étrangers arrivés dimanche à Chengdu (Sichuan) en provenance de Lhassa ont fait état de coups de feu samedi jusque dans la nuit.
"J'ai entendu des coups de feu étouffés. Il n'y a aucun doute. J'ai connu les deux guerres en Irak et je connais ce bruit-là", a déclaré à des journalistes Gerald Flint, un ancien Marine.
Samedi "a peut-être été la pire journée, complètement chaotique, avec des gens portant des masques qui couraient et criaient dans les rues", a ajouté ce responsable d'une organisation non-gouvernementale médicale. (d'après AFP)

09:30 Écrit par A.Cide dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : dalai-lama, tibet, pekin, terreur |  Facebook |

13/03/2008

Al-Qaida met en garde les touristes en Tunisie.

carnet dessin 08-03-13

Où se trouvent les deux touristes autrichiens dont l'organisation Al-Qaida au Maghreb a revendiqué l'enlèvement lundi 10 mars ? Selon le site Internet du quotidien algérien An-Nahar, généralement bien informé, le couple porté disparu le 25 février en Tunisie aurait transité par un camp islamiste algérien de la région de Tebessa, dans l'est du pays, avant d'être convoyé, via la Libye et le sud algérien, dans le nord du Mali, une zone montagneuse difficile d'accès.
Dans un enregistrement audio mis en ligne, lundi, sur Internet par Intelligence Group, un site américain de surveillance du terrorisme islamiste, et retransmis en partie sur Al-Jazira, le messager, identifié par la chaîne de télévision qatarie comme un porte-parole de l'organisation d'Al-Qaida aux pays du Maghreb islamique, met en garde "les touristes occidentaux voyageant pour leurs loisirs en Tunisie alors que nos frères de Gaza sont massacrés par les juifs".
Le communiqué précise que les deux Autrichiens sont en bonne santé et prévient que toute tentative d'intervention militaire de l'Algérie "mettrait en danger la vie des otages".
Le ministère des affaires étrangères autrichien confirme avoir demandé à l'Algérie et à la Tunisie de renoncer à toute intervention militaire. Des recherches ont été lancées dans les deux pays. Une centaine de policiers tunisiens ont passé au peigne fin les sables du désert. Soucieuse de son image de marque de pays où la sécurité est garantie aux touristes (près de 7 millions accueillis en 2007), la Tunisie a affirmé que les deux touristes qui traversaient le Sahara avaient déjà franchi la frontière algérienne lorsqu'ils ont été enlevés.
"Ni la preuve d'enlèvement ni l'authenticité de l'enregistrement ne sont établis", tient à préciser Martin Gärtner, le porte-parole du ministère des affaires étrangères autrichien. Cependant, dès lundi soir, une cellule de crise était mise sur pied, réunissant des représentants des ministères des affaires étrangères, de l'intérieur et de la défense. Des membres de l'unité antiterroriste Cobra devraient être envoyés en Algérie et en Tunisie pour échanger des informations.
Les autorités réfutent toute entreprise de négociation avec les ravisseurs. "A ce stade, l'enregistrement, qui n'est toujours pas authentifié, ne précise pas les revendications des kidnappeurs. Elles pourraient aussi bien s'adresser à la communauté internationale, aux Etats algérien ou tunisien, qu'à l'Autriche", objecte Martin Gärtner. L'ambassadeur autrichien au Koweït a été chargé de vérifier l'origine de l'enregistrement avec la chaîne qatarie Al-Jazira.
En Autriche, cet enlèvement ravive des souvenirs. En 2003, trente-et-un touristes européens, dont dix Autrichiens et quinze Allemands avaient été enlevés dans le sud algérien par le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), rallié par la suite à Al-Qaida. Après deux mois de détention dans le désert saharien, ils avaient finalement été libérés par une intervention de l'armée algérienne, tandis que la seconde partie du groupe scindé n'était délivrée que trois mois plus tard au Mali, après le versement d'une rançon par Berlin.
Wolfgang Ebner et Andrea Kloiber, originaires de la région de Salzbourg, s'étaient lancés, le 10 février, dans la descente du désert saharien en 4◊4 accompagnés de leurs deux bergers allemands. Le 18 février, le voyageur avait appelé son fils d'une station d'essence située au sud-est de la Tunisie. Depuis, les deux touristes n'ont plus donné signe de vie.
"C'est probablement le hasard qui a fait que ce couple autrichien tombe dans les griffes du mouvement terroriste plutôt que d'autres touristes occidentaux", estime le politologue Udo Steinbach, spécialiste du Moyen-Orient à l'université de Marbourg, en Allemagne.
(d'après Laurence Monnot / Le Monde)

08:46 Écrit par A.Cide dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tunisie, al-qaida, rapt |  Facebook |

12/03/2008

Ourse Cannelle : la Cour de cassation tranche aujourd’hui sur la tenue d’un procès.

carnet dessin 08-03-12

 

France - La Cour de cassation doit rendre  ce mardi un arrêt sur le renvoi ou non en correctionnelle du chasseur responsable de la mort de l’ourse Cannelle, trois ans après la disparition polémique de cet animal appartenant à une espèce protégée.
Le 19 janvier 2007, un non-lieu avait été prononcé par un juge d’instruction de Pau en faveur de René Marquèze, le chasseur qui avait tué Cannelle —considérée comme la dernière ourse de souche pyrénéenne— le 1er novembre 2004 en Vallée d’Aspe (Pyrénées-Atlantiques).
Mais la cour d’appel de Pau, saisie par des associations de protection de la nature, avait ordonné en avril son renvoi devant le tribunal correctionnel dans cette affaire.
Le chasseur s’était pourvu en cassation.
René Marquèze avait été mis en examen le 7 décembre 2004 pour "destruction d’espèce protégée". Il a toujours affirmé n’avoir tiré qu’en dernier recours, après avoir cherché à éviter l’animal à plusieurs reprises, lors d’une partie de chasse en montagne.
L’Etat ainsi que 19 associations environnementales s’étaient portées parties civiles dans le dossier.
La mort de l’animal avait provoqué une vague d’indignation en France, poussant même le gouvernement à mettre en place un plan de "renforcement de la population d’ours bruns dans les Pyrénées". (d’après AFP)

09:47 Écrit par A.Cide dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : ours, cannelle, proces |  Facebook |

11/03/2008

Journée internationale de la femme: le point.

 

carnet dessin 08-03-11

1) En France : égalité, liberté, fraternité. Oui, mais...sauf pour les femmes...
 
Rapport Henrion - février 2001 Ministère de la Santé
Sur 652 femmes victimes d'homicides entre 1990 et 1999, sur Paris et sa proche banlieue, la moitié a été tuée par leur mari ou leur compagnon. Un chiffre terrifiant, révélé par un rapport sur les violences conjugales.
 "En France, une femme meurt de violences conjugales tous les cinq jours", explique le professeur Roger Henrion, membre de l'Académie nationale de médecine et responsable de cette étude pour le ministère de la Santé.
 L'équipe du professeur a interrogé au hasard un échantillon de 7000 femmes, âgées de 20 à 59 ans, habitant la capitale et sa petite couronne. Il ressort que 10% d'entre elles ont subi des violences conjugales au cours des douze derniers mois. Insultes, harcèlement moral, agressions physiques, viols, la liste est longue de ces sévices commis dans l'intimité des couples.
 Les conséquences sont à chaque fois dramatiques. Plusieurs femmes victimes souffrent de troubles émotionnels (dépression, boulimie, anorexie ...), certaines, à bout de nerfs, se suicident. Et une partie meurt carrément sous les coups de leur conjoint. "Parmi les victimes présentées dans le rapport, 30 % ont été poignardées, 30 % ont été abattues par arme à feu, 20 % ont été étranglées et 10 % ont été rouées de coups jusqu'à la mort", précise le professeur Henrion.
 Le profil de l'agresseur n'est pas toujours celui que l'on s'imagine. "Il s'agit en majorité d'hommes bénéficiant par leur fonction professionnelle d'un certain pouvoir. On remarque une proportion très importante de cadres (67%), de professionnels de la santé (25%) et de membres de la police ou de l'armée", commente Roger Henrion.
 Ces violences conjugales restent bien trop souvent taboues et franchissent peu les murs des domiciles familiaux. Mais quand les femmes parlent, elles s'adressent en premier lieu à leur médecin. "Ce dernier a un rôle clé dans le dépistage des violences, le recueil de l'histoire et la rédaction d'un certificat, pièce essentielle lors d'un dépôt d'une plainte", selon le professeur Henrion. Mais le médecin est souvent pris en tenaille entre le secret médical et la non-assistance à personne en danger.
 Un site Internet (www.sivic.org <http://www.sivic.org/> ) est mis à la disposition des médecins pour se former à l'ensemble de ces problèmes.
La violence conjugale est la première cause de mortalité des femmes de 16 à 44 ans en France...
 
2) En Espagne, ce n'est que depuis 1999 que la femme est légalement libérée de l'obéissance à son mari !... Leur Livre Saint n'est pourtant pas le Coran.
 
En 1997, 75 femmes sont mortes suite à une agression de leur mari.
 La révision du code pénal espagnol en 1999 est capitale. Elle prévoit que la femme ne doive plus « entière obéissance à son mari ». La notion de « violence psychique » est reconnue. La récidive transforme la faute en délit. Enfin ! Mais cela ne suffit pas.
 En 2000, 66 femmes meurent à nouveau sous les coups de leur conjoint. Dans l'enquête publiée en mars 2001, 640 000 femmes s'avouent victimes de mauvais traitements, et près de 2 millions d'entre elles le sont (soit plus d'une femme sur dix).
Le pacte du silence autour de la vie privée n'en finit pas de se briser : les plaintes augmentent d'au moins 10 % chaque année, jusqu'à atteindre (en 2001) plus de 20 000 par an. Cependant seules 5 % à 7 % des femmes violentées attentent une action en justice. Elles craignent les représailles, et savent que cela ne servira pas à grand chose : les décisions de justice sont souvent incohérentes et 80 % des cas jugés pour violences bénéficient de l'impunité.
 
3) Aux État-Unis, terre des droits de l'homme ET de la femme par excellence? Pas si sûr... :
 
- Plus de 4 millions de femmes américaines sont abusées physiquement ou violentées par leur mari, petit ami ou une personne de leur connaissance chaque année, soit 1 sur 3 qui le sont au moins une fois dans leur vie.
- Aux États-Unis, 7 millions de femmes sont violées ou sexuellement agressées chaque année.
- Toutes les 15 secondes, une femme est abusée ou violentée aux États-Unis.
- De 25 à 30 % des femmes abusées sexuellement ou battues le sont, au moins, une fois par semaine.
- Entre 1983 et 1991, le nombre de cas de violence domestique a augmenté de 117 %.
- 50 % des femmes sans-abri le deviennent suite à des violences domestiques.
- En 1997 et 1998, plus de 2 200 femmes enceintes ont été emprisonnées et plus de 1 300 bébés ont été mis au monde par des détenues.
- 56 % des américains disent connaître au moins une personne dans leur entourage (amis, collègue de travail) qui a été impliquée dans une affaire de violence domestique.
- Pour bien comprendre la portée de ces chiffres, il faut savoir que, par peur des représailles, 59% des viols ou tentatives de viols ne sont pas rapportés à la police.
- Pour information, parallèlement et toujours aux États-Unis d'Amérique, entre 22 et 25 % des hommes en prison sont victimes de viols.
 
4) La prostitution dans les pays de la liberté de la femme :
 
- on estime que, chaque année, environ 200 000 femmes en provenance des pays de l'Est tombent entre les mains des proxénètes européens.
- Selon le ministère des affaires sociales, l'Italie compte environ 50 000 prostituées, dont la moitié sont étrangères. Le chiffre d'affaires qui en découle s'élève, d'après les estimations minimales fournies par la police, à 93 millions d'euros par mois.
- A Paris, la moitié des 7 000 prostituées seraient étrangères - dont 300 Albanaises. En France, la prostitution, qui concerne 15 000 femmes, engendre un chiffre d'affaires annuel évalué à 3 milliards d'euros
- L'Office fédéral de la police estime à 14 000 le nombre de personnes prostituées en Suisse dont 7 050 d'entre elles exerceraient dans les cantons de Zurich, Berne, Bâle, Genève, Lucerne et Tessin. Les personnes étrangères représentent 75% du total de la prostitution, parmi lesquelles on compte beaucoup de Françaises. A ce chiffre, il faut ajouter le nombre de personnes prostituées de sexe masculin, estimé entre 1 000 et 2 000. Les associations d'aide avancent pour leur part le chiffre de 4 000 personnes dont 70% seraient d'origine étrangère.
- Le ministère de la Justice estime que 30 000 personnes se prostituent aux Pays-Bas. Les formes les plus connues de prostitution sont les sex-clubs et la prostitution en vitrine. Selon le ministère des Affaires Etrangères, 25% des personnes prostituées pratiquent ces formes de prostitution. Le nombre de bordels et de sex-clubs est estimé à envrion 7 000 aux Pays-Bas, dont 2 000 bordels. On peut également ajouter à cette liste la prostitution dans les hôtels, les bars, les services de call-girls etc. « Dans de nombreuses communes, la prostitution de rue est interdite en raison du trouble à l'ordre public et des nuisances qu'elle peut causer ».
- Le prétendu « plus vieux métier du monde » servirait de « rempart contre le viol ». Cet argument vise à dissimuler une tragique réalité : 80 % des prostituées auraient subi des abus sexuels dans leur enfance et bien plus nombreuses sont celles qui en subissent de la part de leurs "clients".
Non, la prostitution n'est pas une activité professionnelle; elle est une exploitation de la femme par l'homme.
Selon une récente étude menée à San Francisco, 82% des prostituées interrogés déclarent avoir été agressées physiquement, 83% menacées par des armes, 68% enlevées alors qu'elles travaillaient comme prostituées et 84% sont devenues ou ont été sans-abris.
- En France, selon la Commission des affaires sociales, 65% des personnes prostituées exerceraient désormais dans la rue et 25% dans les hôtels ou en appartements. 20% des prostituées seraient mineures. (d'après Equi-Libre /  http://alter-ego.blogg.org/)

09:45 Écrit par A.Cide dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : journeee femme |  Facebook |