06/10/2008

Fortis dans le giron BNP.

La Commission Bancaire, Financière et des Assurances (CBFA) a annoncé lundi dans un communiqué la suspension de l'action Fortis, afin de donner au marché "le temps nécessaire pour analyser les effets" de l'accord conclu avec PNB Paribas, indique la CBFA lundi matin , avant l'ouverture de la bourse.
Ce fut à nouveau un week-end marathon pour tenter de trouver un accord définitif sur Fortis qui a été confirmé dimanche vers 22h15. Les principaux ministres du gouvernement avaient monentanément abandonné la délicate question de la confection du budget 2009 pour se concentrer à temps plein sur l'avenir de Fortis. En fait, ils avaient confié aux techniciens des différents cabinets des vice-Premiers ministres le soin de déblayer le terrain avec une armada de banquiers d'affaires.
Et la solution choisie passe par la prise de contrôle de la première banque du pays par le groupe français BNP Paribas.
L'opération est toutefois complexe car le capital de Fortis Banque est détenu à 51 pc par le holding coté en Bourse et, depuis une semaine, à 49 pc par l'Etat belge. Le rachat va donc se faire en deux temps. L'Etat belge versera en cash un montant de 4,7 milliards pour monter à quasi 100 pc de Fortis Banque. Ensuite, il fera un apport de 75 pc Fortis Banque à BNP Paribas qui lui versera des nouveaux titres. La banque française va ainsi émettre des nouvelles actions pour une valeur de 8,25 milliards d'euros.
L'Etat belge deviendra ainsi le premier actionnaire de BNP Paribas avec une participation de 11 pc qui lui donnera droit à deux postes d'administrateur.
L'Etat belge gardera une minorité de blocage (25 pc) dans Fortis Banque.
La banque française rachètera également Fortis Insurance Belgium pour un montant non précisé. Elle prendra deux tiers du capital de Fortis Banque Luxembourg. L'Etat luxembourgeois reste actionnaire à concurrence d'un tiers et sera, comme l'Etat belge, payé en actions BNP Paribas dont il détiendra 1,4 pc.
L'Etat luxembourgeois gardera "un droit de veto" chez Fortis et "aura son mot à dire dans les décisions stratégiques" a souligné hier le ministre luxembourgeois du Trésor, Luc Frieden. (d'après AvC et Ph. Law/ La Libre)

 

carnet dessin 08-10-05

09:14 Écrit par A.Cide dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : fortis, bnp |  Facebook |

Commentaires

solution? le jour où toutes les banques auront crashé, le monde ira peutetre mieux

Écrit par : keith55 | 06/10/2008

bonjour Bravo pour le site et bonne continuation!

Écrit par : Vincent | 06/10/2008

Dommages collatéraux Y'a du vrai là-dedans....

Dommage que ce soit le personnel qui joue le rôle des dommages collatéraux....

Bonne continuation.

Écrit par : Un PFB | 07/10/2008

Les commentaires sont fermés.