03/11/2008

Le Dalaï Lama se met en "semi retraite".

Le lauréat du prix Nobel de la Paix, 73 ans, qui vit exilé en Inde depuis 1959, est arrivé vendredi au Japon pour une visite d'une semaine consacrée à des conférences sur la spiritualité, son premier voyage depuis ses récents ennuis de santé.
Le Dalaï Lama, "déçu par Sarkozy" ne viendra pas en décembre.
Le régime chinois est en train de "condamner à mort" le Tibet, a déclaré dimanche à Tokyo le dalaï lama, chef spirituel tibétain, qui a également annoncé se mettre en "semi retraite".
Le lauréat du prix Nobel de la Paix, 73 ans, qui vit exilé en Inde depuis 1959, est arrivé vendredi au Japon pour une visite d'une semaine consacrée à des conférences sur la spiritualité, son premier voyage depuis ses récents ennuis de santé.
En octobre, le dalaï lama avait passé près d'une semaine dans un hôpital de New Delhi en raison de calculs biliaires.
"Les Tibétains sont condamnés à mort. Cette ancienne nation et son héritage culturel sont en train de mourir", a-t-il dit à un groupe de journalistes à Tokyo.
"Aujourd'hui, la situation est presque similaire à une occupation militaire de tout le territoire tibétain. C'est comme si nous étions sous la loi martiale. La peur, la terreur et les campagnes de rééducation politique causent beaucoup de souffrances", a-t-il ajouté.
Avant son départ d'Inde, le dalaï lama avait déclaré qu'il plaçait peu d'espoir dans le dialogue avec le régime chinois, à la veille d'une nouvelle série de discussions entre ses représentants et des responsables chinois à Pékin.
Après plusieurs décennies de combat politique et religieux, il a annoncé qu'il se mettait en "semi retraite" et que la future ligne politique face aux autorités chinoises serait discutée lors d'une réunion le 17 novembre à Dharamsala de tous les courants de la communauté tibétaine en exil. "Nous allons écouter les suggestions du peuple et ensuite les choses deviendront, je pense, plus claires", a-t-il dit.
"Je ne pense pas me retirer totalement, mais pour le moment, je ne peux plus assumer une responsabilité directe dans les négociations avec le pouvoir central chinois. Ma position est totalement neutre", a-t-il précisé.
"Nous croyons en la démocratie, c'est pourquoi les gens doivent exprimer leurs sentiments. Je ne dois pas les empêcher de donner leur opinion", a souligné le responsable tibétain.
Le régime chinois l'accuse de militer pour l'indépendance du Tibet, mais le dalaï lama affirme simplement revendiquer une autonomie de l'ancien royaume himalayen, au sein de la Chine. Par ailleurs, l'Elysée a indiqué dimanche que Nicolas Sarkozy recevrait les lauréats du prix Nobel de la Paix à Paris le 10 décembre dans le cadre de célébrations du 60e anniversaire de la déclaration universelle des droits de l'Homme, y compris le dalaï lama.
La présidence réagissait à un article du Journal du Dimanche affirmant que le dalaï lama ne viendrait pas en France à cette occasion. Le dalaï lama avait lui-même indiqué en août qu'il devrait être à cette date en Pologne, ce qu'a confirmé dimanche son bureau parisien. (AFP)

carnet dessin 08-11-03

08:44 Écrit par A.Cide dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : chine, sarkozy, dalai, lama |  Facebook |