31/10/2008

Attention, frissons garantis cette nuit.

Revoici le temps d'Halloween. Les grands magasins et les quelques magasins de farces et attrapes survivant dans notre pays vont garnir leurs rayons de "panoplies" de sorcières et autres monstres. La nuit du 31 octobre, veille de la Toussaint, les citrouilles brilleront dans l'obscurité tandis que de petits monstres grimés feront leur apparition.
Cette fête est d'abord européenne, plus précisément celtique. Plus de 500 ans avant Jésus-Christ, les Celtes croyaient que Samhain, le Seigneur de la Mort, s'occupait de nos morts le jour de la fin de l'année celtique. Celle-ci s'achevait à la fin de la belle saison, lorsque les moissons étaient terminées, le bétail rentré, le dieu soleil remercié pour ses grâces et ses bienfaits.
Cette journée devait être consacrée aux disparus, lesquels venaient spécialement de l'au-delà pour rencontrer les lieux et êtres chéris de leur vivant. Les célébrations allaient durer une quinzaine de jours à partir de cette longue nuit de Samhain. Tous les foyers du village étaient éteints. La population se rassemblait en cercle et les druides étouffaient le feu sacré de l'autel. Les prêtres frottaient alors des branches sèches du chêne sacré pour allumer le feu de l'année nouvelle, honorer ainsi le dieu du soleil et effrayer les esprits diaboliques. Chaque chef de famille emportait chez lui des braises de ce feu sacré pour protéger la famille une année durant.
Pendant la durée de la fête, nos ancêtres celtes revêtaient des costumes horribles et se grimaient pour faire fuir les mauvais esprits.

D'All Hallow Eve à Halloween
La persistance d'une telle fête païenne ne pouvait plaire au clergé chrétien. Le page Grégoire IV institua donc vers 840 une fête pour tous les Saints le 1er novembre. En 1048, Odilon de Cluny créa un "Jour des Morts" fêté le lendemain. Halloween ou plutôt "All Hallow Eve" signifie d'ailleurs "la veille au soir de la fête de tous les Saints".
Si les Chrétiens ont réussi à "assimiler" cette fête païenne comme d'autres, la pratique de l'Halloween a cependant persisté chez les descendants des Celtes en Irlande, en Ecosse, au pays de Galles et dans certaines régions d'Angleterre. C'est cette tradition qui a traversé l'Atlantique avec les colons irlandais qui ont quitté leur pays.
La fête païenne a évolué outre-Atlantique pour se transformer en fête enfantine. Le héros de cette fête est Jack O'Lantern. Selon la légende irlandaise, Jack ne pouvait entrer au paradis en raison de son avarice ou en enfer pour s'être moqué du diable. Il est donc condamné à se promener avec sa lanterne autour du monde jusqu'au jour du jugement dernier. Cette lanterne, c'était une énorme pomme de terre, un rutabaga ou un navet dans lequel on avait mis une chandelle. C'est aujourd'hui une bougie.
Importante fête américaine depuis la fin du XIXe siècle, Halloween a évolué en s'adjoignant par exemple la coutume du "Trick-or-treat". Celle-ci n'est apparue que dans les années 30. Les enfants déguisés en monstres menacent les adultes de leur jouer des tours, exigent des friandises et placent leur butin dans une taie d'oreiller. Donner des friandises à ces créatures exprime la croyance selon laquelle la nourriture laissée aux portes des villages apaiserait les esprits. Bien envue, la citrouille illuminée par une bougie signifie que l'occupant de la maison accepte de se faire détrousser par les jeunes créatures de la nuit.
(d'après http://fr.vivat.be/quotidien/evenement/article.asp?pageid=611)

 

carnet dessin 08-10-31

10:12 Écrit par A.Cide dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : fete, origine, haloween |  Facebook |

15/11/2007

C'est vraiment la fête du Roi ?

Pas évident d'avoir le coeur à la fête dans le contexte institutionnel présent ! Et pourtant, ce jeudi 15 novembre, la Belgique officielle (sauf le Vlaams parlement) fêtera bel et bien le Roi à l'occasion de la saint Léopold ! Et comme on ne change pas une formule gagnante, le programme du jour ressemblera comme un frère à celui de l'an dernier... On précisera quand même que cela se passera cette fois-ci en l'absence du principal intéressé qui avait exceptionnellement participé aux manifestations de 2006 parce qu'elles marquaient les 175 ans de la Dynastie. Rien de tel, cette année où seule la reine Fabiola et les enfants et beaux-enfants d'Albert II seront de la partie.
Avec d'abord, un Te Deum privé organisé par le cardinal Danneels à la cathédrale de Bruxelles. On notera que l'"action de grâce" catholique au chef de l'Etat n'a jamais eu autant de succès que depuis qu'elle n'est plus officielle. Notamment, parce que nombre de laïques y assistent désormais en toute liberté ! Qui plus est, elle est oecuménique et interreligieuse.
Y entendra-t-on le cardinal tenir de mâles propos sur la crise politique et sur les périls qui guettent la Belgique ? Rien n'est moins sûr mais Godfried Danneels n'a pas l'habitude de tenir uniquement des propos protocolaires...
L'après-midi, peu après 14 h, une cérémonie militaire se tiendra devant le palais de Bruxelles mais le principal moment de fête, civile et citoyenne, se tiendra juste en face au palais de la Nation à partir de 16h30. Bon an, mal an, c'est l'occasion pour le gouvernement et les assemblées législatives fédérales de mettre en exergue une dimension de la Belgique fédérale. Cette année, c'est la... coopération au développement. De quoi permettre des jeux de mots un tantinet perfides sur la situation politique actuelle mais on peut déjà vous dire que ni le Premier ministre sortant, Guy Verhofstadt, ni, a fortiori les présidents de la Chambre et du Sénat, chargés de la mission de paix nationale que l'on sait, ne se laisseront aller à des dérapages verbaux. (d'après Christian Laporte / La Libre)

 

carnet dessin 07-11-15

09:40 Écrit par A.Cide dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : roi, lion, flamand, fete, coq |  Facebook |

29/05/2007

Ce soir, la Fête des Voisins, en Belgique et dans toute l’Europe.

Le principe de l’opération est très simple, découvrir de manière ludique et originale ses voisins, "activer ou réactiver un lien social inhérent à la vie quotidienne", renouveler ou commencer une expérience enrichissante et inédite. Le tout en partageant l’un des plaisirs les plus simples de la vie : celui d’un apéritif ou d’un simple repas entre voisins, un moment de vraie convivialité.Les organisateurs veulent faire du chiffre puisqu’ils espèrent atteindre plus de 250.000 participants en Belgique et 8.000.000 en Europe dans les rues et halls d’Immeubles, pour faire la fête. Cette initiative, très largement subventionnée et soutenue (contrairement à des initiatives de type Fête de l’Internet) est basée sur la communication et, surtout, sur la bonne volonté de ceux qui voudront jouer le jeu dans leur rue. Les voisins seront fêtés aujourd’hui en Belgique et ailleurs. Incontournable dans plus de 26 pays, la Fête Européenne des Voisins sera une nouvelle fois célébrée par de très nombreux pays dont la France, l’Allemagne, la Suisse, l’Espagne, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, les Pays Bas, le Portugal, le Royaume-Uni, la Norvège, la Finlande, Malte et même au Québec. Cette année, la Fête des voisins accueille de nouveaux pays d’Europe Centrale et Orientale avec la participation de la Croatie, la Slovaquie, la Lettonie, la Lituanie, la Turquie, l’Ukraine. La Roumanie, l’Estonie, la Slovénie, la Pologne et l’Albanie étaient déjà présentes.carnet dessin 07-05-29

18:25 Écrit par A.Cide dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : fete, voisins |  Facebook |